•   L'été dernier, en me refilant sa jupe Brume et sa robe Flora, Althea glissait dans le lot une robe en cotonnade vichy achetée aux fripes en se lamentant de l'absence sur le marché de patron correspondant à son large col dégagé, et m'informant que si un jour j'étais d'accord pour en produire un alors elle serait d'accord aussi.

      Après ce recueil de consentement en bonne et due forme, il fut temps fin janvier de m'attaquer à la transcription sur papier du génome de cette robe griffée Alain Manoukian:

    Une robe qui a du chien

    Althea aime bien :
    - les épaules dégagées
    - le large col cavalier (? tailleur ? j'ai du mal à qualifier ce genre de col)
    - la coupe semi-ajustée qui laisse circuler l'air par temps de canicule
    - l'ampleur de la jupe

    Elle préfèrerait :
    - des découpes devant plutôt que des pinces
    - peut-être pas de fronces sur la jupe
    - une longueur au genou, ou alors très longue et ample

    Moi j'aime bien :    
    - les épaules dégagées jusqu'à la bretelle de soutien-gorge
    - les pinces poitrine verticales
    - la hauteur de l'emplacement de la ceinture
    - la découpe princesse au dos
    - les poches prises dans les coutures

    J'aime moins :
    - la jupe à panneaux trop ample
    - la longueur mi-mollet

      J'ai d'abord reporté les contours de toutes les pièces du haut de la robe sur papier pour disposer d'un point de comparaison tangible.
    Puis j'en ai reconstruit d'autres en partant du patron de base Festive Road, en décalant les pinces bretelles du devant vers le centre, en calant une découpe princesse dans le dos, et en gardant grosso modo les mêmes dimensions pour le col. Grâce à une erreur providentielle sur ma première toile, nous avons trouvé la forme de col qui nous plaisait.

    Sur la piste de la robe chemise 

      Cerner la forme souhaitable pour la jupe a demandé plus de recherche : de notre concertation il ressortait que nous souhaitions éviter les fronces, diminuer l'ampleur et la longueur de la jupe. Je souhaitais également une absence de panneaux et un ourlet droit, et un volume résorbé dans la plis pour un bouffant inspiré des années 50, rapport au nom du futur patron, désir qui laissait Althea plus mitigée.

      J'ai d'abord passé en revue ma bibliothèque de patrons Burda pour zyeuter sur des femmes jeunes et russes les ayant cousus quel genre d'agencement du volume de jupe tombait comment. J'ai également passé en revue l'offre dont j'avais connaissance chez d'autres marques (merci à l'article de mamie camille au passage) et ai complété par une recherche de modèles de défilés récents.

       Le point de départ étant un rectangle d'ampleur suffisante pour permettre de s'assoir en tailleur sans tirer sur la jupe, longueur genou, s'en est suivie une longue série d'essais de placement de plis (ronds, plats, creux, petits, grands, égaux et inégaux, proches ou éloignés des coutures) et de confrontations d'avis, qui a débouché sur le choix d'une combinaison de plis creux. Puis je me suis décidée à tenter une version portable adaptée à mes mensurations dans un coton pilou gris chiné dernièrement acquis à sacrés coupons. Jugeant le résultat à la hauteur de mes attentes, j'ai sorti les gants new look 2020 et dégagé bottines et chaussures du passage pour quelques photos de présentation :

    Sur la piste de la robe chemise

      J'ai utilisé du thermocollant G700 pour le col externe, les parementures du haut, de la jupe et des entournures. C'est celui que Vlieseline recommande pour les petites pièces de chemisiers mais je trouve le rendu assez rigide, même si dans ce cas cela sied bien au modèle. Dans l'idéal j'aimerais bien quelque chose entre le G785 et le G700. Je n'ai pas spécialement essayé de repasser le pli du col en place pour le plaquer à l'encolure et son patronnage mériterait d'être légèrement revu à cette fin.

    Sur la piste de la robe chemise

    Sur la piste de la robe chemise

    Deux poches prises dans les coutures côté

    Sur la piste de la robe chemise

    Une ceinture fine qui sera maintenue par 2 passants sur les côtés

    Sur la piste de la robe chemise

     Un tas de boutonnières car je ne peux vraiment pas m'en empêcher

    Sur la piste de la robe chemise

      Devinez le nom du patron à venir et faites des heureuses : la mise en scène ci-dessous contient les indices nécessaires et suffisants pour trouver la nationalité du groupe, l'album et la chanson choisie. Si quelqu'un trouve la réponse d'ici minuit, je m'engage à traduire ce patron dans la langue dudit pays !

    Sur la piste de la robe chemise

     Assez satisfaite de l'orientation de l'appartement sur ce coup-là...

      Sinon vous pouvez quand même faire acte de volontariat pour le test en 34-50 qui devrait avoir lieu en mars le temps que je fasse les dernières corrections, que je voie si Althea milite pour une jupe alternative, et si je propose une manche compatible avec cette entournure.
    Mise à jour : il me manque du 34 et du 44/46.

      Réponse : la pochette imitée était celle de l'album Dumb Waiters de The Korgis, groupe fondé par James Warren et Andy Davis qui après avoir passé leurs vertes années au sein du groupe pluricéphale de prog folk Stackridge, décident de s'associer pour tenter le succès commercial dans le domaine de la pop finement ciselée teintée des tendances de l'époque. Si l'album contient la chanson "Everybody's Got To Learn Sometime" (n°1 des ventes en France pendant l'été 1980), les roses apaisantes du morceau de Liberty et le style fifties de la robe nous orientent vers le titre "Perfect Hostess" dont vous avez brillamment interprété les premiers mots : "Amaze your friends..."


    77 commentaires
  •   Aujourd'hui je vous propose de développer deux types d'ajustements correspondant à deux cas rencontrés lors des tests. Je vous laisse deviner qui me les a inspirés ;-) (1 et 2)

      1 - Ajustement forte poitrine sans pince

      Choisissez votre taille en vous basant sur le tour de buste au niveau des aisselles, là où c'est le plus large, et imprimez le patron sans marge de couture.
        Ex : TBA = 92 cm -> taille 42

      Mesurez votre tour de poitrine, auquel vous allez retirer le TP correspondant à la taille choisie. Le nombre de cm obtenu sera à ajouter en largeur à la totalité du devant au niveau de la ligne de poitrine, et donc la moitié de ce nombre pour un demi-devant.
        Ex : TP = 98 cm   TP-TP42 = 98-94 = 4 cm à ajouter en totalité, donc 2 cm en largeur par demi-devant.
        Nous allons également ajouter environ 2 cm en hauteur (c'est arbitraire : je pars du principe qu'on a besoin d'ajouter davantage en largeur qu'en hauteur, mais c'est à vous de valider en fonction de votre morphologie).

      La méthode suivante est un mélange de différentes méthodes que je trouve assez fonctionnel :

      Procédons aux découpes de la pièce du devant, en traçant les lignes suivantes :
    1. ligne poitrine, avec la pointe du sein (distance entre vos deux pointes de sein / 2)
    2. verticale dirigée vers le bas partant de cette pointe
    3. deux obliques : l'une à environ 35°de l'horizontale dirigée vers l'entournure, et l'autre arrivant à la mi-hauteur de l'entournure

    [Bésame Mucho] Ajustements forte poitrine et épaules larges et carrées 

       Découpez le long des lignes en préservant l'intégrité des points de pivot : côté supérieur de la verticale, entournures. Écarter les morceaux médiaux en préservant l'alignement de l'axe milieu, et les fixer en place  (ici : écartement prédéfini de 2 cm).
      Puis manipuler les autres morceaux jusqu'à trouver une position qui vous satisfasse : vous pouvez par exemple préférer que la largeur à l'ourlet reste inchangée :

    [Bésame Mucho] Ajustements forte poitrine et larges épaules

      Ou bien préférer une largeur à l'ourlet augmentée, ce qui réduit l'apparition de plis entre la poitrine et le côté des hanches, et produit une "pince côté" de moindre volume :

    [Bésame Mucho] Ajustements forte poitrine et larges épaules

      Ou bien choisir une solution mixte :

    [Bésame Mucho] Ajustements forte poitrine et larges épaules

    C'est mon choix !

      À partir de là, 3 options s'offrent à vous pour le devenir de cette pince côté dont le volume est à résorber d'une manière ou d'une autre :
    a) Coudre la pince : même sur de la maille, ce n'est pas un crime
    b) Résorber la longueur créée lors de la couture avec le dos (petites fronces à répartir sur une douzaine de cm sous l'aisselle, voire jusqu'à la taille si la pince est large)
    c)
    Retracer le côté de l'ourlet en le faisant remonter de la hauteur de la pince, remonter légèrement l'inflexion de la taille.

      On peut combiner les méthode b) et c) en diminuant l'embu à résorber à la poitrine et en remontant un peu le côté de l'ourlet.

    [Bésame Mucho] Ajustements forte poitrine et épaules larges et carrées

    Méthode b)

    [Bésame Mucho] Ajustements forte poitrine et larges épaules

    Comparaison avant / après élargissement

      2 - Ajustement épaules larges et hautes

      J'espère proposer une ligne largeur d'épaules sur les prochains patrons pour aider au choix de la taille vous correspondant le mieux. En attendant, pour la partie supérieure de ce patron-ci, imprimez la taille qui correspond à votre mesure de TBA.
      Sur le devant et le dos, tracez un point à la diagonale supérieure de l'extrémité de la ligne d'épaule, correspondant à la longueur et à la hauteur d'épaule que vous souhaitez ajouter, et retracez la ligne d'épaule. Retracez le haut de l'entournure en partant de la mi-hauteur. Augmentez la hauteur de la tête de manche et retracer cette dernière jusqu'à mi-hauteur.

    [Bésame Mucho] Ajustements forte poitrine et larges épaules

        N'hésitez pas à me faire part de vos résultats si vous avez utilisé l'une de ces méthodes !


    4 commentaires
  •   Au dépouillage de la revue de janvier 2020 de Burda sur T&N, un nouveau coup de foudre pour l'improbable patron du mois estampillé •••• m'a percutée :

    Premier matin

    Modèle des créateurs Talbot Runhof...

    Premier matin

    ...transposé en patron 122 du Burdastyle 01/2020

      Donc disais-je, la polarisation immédiate, l'illumination devant cette revivescence '80 à laquelle il ne restait à ajouter que le col en pointe, la cagoule et les talons aiguilles pour se fondre dans le paysage :

    Premier matin

    si je ne m'abuse : collection "Hiver futuriste" A-H 1979 de Thierry Mugler

      Ou en plus simple :

    Premier matin

    Avis aux amateurs : 61,62 € sur Etsy

      Ce fut mon auto-cadeau de Noël. La découpe du patron a permis de vérifier que tout rentrait dans le coupon de 2.20 m de jersey velours "peau de taupe" 100% coton GOTS de Lebenskleidung que je destinais déjà à un combipyjama (le plan de coupe demande 3.75 m pour une taille 36), sans savoir que Cupidon irait jusqu'à me rendre désirables des épaulettes à l'intérieur d'un pyjama. J'ai utilisé du jersey simple et du bord côte épais du même coloris gray-green marl pour les pièces complémentaires.

    Premier matin

      La bête étant fort ample, j'ai réalisé une taille 34 (emmanchures, bas du pantalon) / 36 avec ces modifications :
    - hauteur d'épaule modifiée pour s'adapter à une épaulette d'1 cm au lieu de 4 cm.
    - largeur d'épaule diminuée d'1 cm avec suppression du pli
    - hauteur de l'encolure augmentée de 0.5 cm sur chaque côté, et allongement du col d'1 cm
    - raccourcissement du dos d'1 cm

    - passant de ceinture raccourci pour ne pas être replié sur lui-même mais plaqué sur le haut par une couture
    - ceinture additionnelle remplacée par une bande de bord-côte intégrée de 4 cm
    - taille remontée d'1 cm, avec 1 cm de hauteur ajouté en plus au bas
    - jambe raccourcie de 7 cm. Le remplacement par des bracelets envisagé au départ nuisait finalement grandement au tomber de la jambe.
    - bracelet de manche remplacé par une bande de bord-côte pliée de 4.5 cm, circonférence 17 cm
    - retrait des poches poitrine, bien que j'avais préparé deux poches à zip symétriques

      Le résultat en photos au saut du lit le matin qui a suivi notre première nuit ensemble, une nuit parfaite à peine interrompue par le retour à 3h du mat' de mon oiseau de nuit :

    Premier matin

    On peut déjà remarquer que le tissu ne froisse pas spécialement

      Le col mandarin est une pièce rectiligne. J'ai eu du mal au montage puisque j'ai commencé à l'assembler directement à la surjeteuse après l'avoir bâti (apposer deux couches de jersey velours l'une contre l'autre, c'est terrible pour vous décaler deux pièces sans s'en rendre compte). En plus de ça j'avais testé deux thermocollant différents sur chaque pièce de col (le G785 qui n'est pas spécialement élastique, et le H609 bi-élastique, j'ai préféré le premier dans cet usage) ce qui fait qu'elles ne se comportaient pas pareillement. Puis j'ai eu du décalage par rapport à la fermeture, du coup, de reprise en reprise le haut du devant du col se retrouve un peu moins haut que sur le patron, et ça ne se voit pas spécialement. Par contre la courbure approximative et la finition moyenne de la partie droite se voit, mais je devrais pouvoir vivre avec.

    Premier matin
      Le vrai moment de bravoure de la confection de ce combijama a consisté dans le retour à pied dans mes pénates depuis la mercerie Saint PIerre où je m'étais résolue la veille de la Saint Sylvestre à aller acheter des fermetures à glissière qui soient comme je voulais. On voit sur les photos de petits plis de tension obliques qui en partent, et je sens également au porter qu'il s'agit là de la seule zone non extensible du vêtement : dès que la combi glisse un peu en arrière des épaules il y a cette tension que je déteste au dessus des clavicules.

    Premier matin

      À l'intérieur, j'ai recouvert les épaulettes d'une enveloppe en jersey pour ne pas qu'elles se décomposent au lavage, et les ai fixées par deux points à la couture d'épaule. Cette épaule surélevée sur le côté, l'ampleur de l'emmanchure et le tissu tendu par le poids du pantalon font que l'aisselle se trouve très dégagée, sensation assez étrange pour un pyjama.

    Premier matin

      Côté popotin l'effet "j'ai chié dans mon benne" (amydelalaine©) de la combi à plis est au rendez-vous, et même si je n'ai pas fait d'ajustement sur la fourche, cela me semble être un mal nécessaire puisqu'une fois assise y a rien de trop au niveau du fessier. Si je pince la fourche debout, il y a environ 6 cm de mou.

    Premier matin

     

    Premier matin

      Le travail le plus embêtant à été de fixer le plus proprement possible les languettes/ex-passants en prenant en compte l'ouverture de poche, le tomber du pli et l'extrémité de la bande de bord côte.

    Premier matin

    J'ai gardé les plis au dos et sur le côté des manches.

    Premier matin

    La longueur des manches et des jambes est validée. La crêpe au caramel qui coule aussi.

    Premier matin

    J'aime beaucoup cette épaule.

    Premier matin

    Une sortie en extérieur incognito avec la couverture de luxe est tentable...

    Premier matin

    ...mais je ne pousserai pas le défi jusqu'à aller avec au travail.

      Mais au fait, n'auriez-vous pas vu ma queue ? Il me semble qu'elle irait très bien avec cette peau d'âne.

     


    20 commentaires
  •   1 - Jersey Lebenskleidung blau meliert (95% coton GOTS 5% élasthanne, 220 g/m2) + Jersey Cousette bleu marine (coton/élasthanne)

      Dans les restes du pyjama de Monsieur et du Briac marine. Pour mieux cerner les points à améliorer, je me suis livrée à une petite expérience d'essayage multiple lors d'une après-midi couture. Je ne le porte pas parce que j'en trouve les couleurs déprimantes, donc si quelqu'un veut s'en porter acquéreur je le lui donne volontiers.

    [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

    Frida / Votre hôte / Althea / Selenz
    Liseli / Minimalista / Verali / Mlle Miio

    [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

    [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

      2 - Côtes 1/1 de lin

      Ce tissu m'avait été donné par Rose, il est léger, très extensible et sans aucune élasticité : il prend donc au moins 2 tailles lorsqu'il est porté, et j'ai fait une fine bande d'encolure dont je n'ai hélas pas noté le pourcentage de longueur d'encolure. Je n'ai pas ajouté de bande de propreté à l'encolure dos parce que la surpiqure limite déjà pas mal l'étirement.

    [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

      3 - Jersey bleu marin Mars-elle (100%coton GOTS, 150 g/m2) reteint en kaki

      J'ai voulu croire trop fort en fixant l'écran que la couleur avait des chances d'être un peu tempérée, mais c'est un bleu des mers du sud bien claquant que j'ai reçu. Comme je ne voyais personne dans mon entourage susceptible d'être intéressée par cette couleur précise, je l'ai reteint avec du kaki pour obtenir ce vert turquoise.

    [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

    On dit bonjour à la hanche droite qui fait remonter les jupes et les shorts

      4 - Recyclade d'un T-shirt grec 100% coton

    [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

      Je mettais ce T-shirt large en sport au lycée, et ensuite je ne m'en suis jamais débarrassée car il a une valeur sentimentale (acquis lors d'un voyage en Grèce gagné au collège).

    [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

      5 - Jersey Lebenskleidung copper marl (95% coton GOTS, 5% élasthanne, 220 g/m2)

      J'avais commencé le montage de ce T-shirt à la machine à coudre pour tester la validité des instructions mais j'ai du reprendre les emmanchures à la surjeteuse car elles se trouvaient trop étirées à mon goût. Je le porte beaucoup.

     [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

    Moi / Liseli
    Selenz / Mlle Miio

    [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

    [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

      C'est suite à cette version que j'ai augmenté la largeur du bas de manche d'1 cm.

    [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

      La bande d'encolure est de mémoire à 83 % sur ce T-shirt. J'ai l'ai d'abord porté sans surpiqure au col mais la bande d'encolure est trop tonique; une fois surpiquée, elle se détend et s'aplatit parfaitement.

      6 - Interlock zinfandel Siebenblau (100% coton GOTS, 220 g/m2)

      Sur celui ci j'ai bidouillé des répartitions d'embu à la poitrine et à l'aisselle qui n'ont pas été spécialement concluantes ni interprétables vu la nature molle du tissu (un vrai pyjama !). La bande d'encolure est à 76%, et je le porte beaucoup également.

    [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

    Moi / Liseli
    Althea / Mlle Miio

    [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

    [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

      7 - Jersey Lebenskleidung white-navy (96% coton GOTS 4% élasthanne, 140 g/m2)), jersey de viscose fin

      Celui-ci est une commande de ma mère, qui a choisi son tissu et demandé un col roulé, ici un tube de 90% de tour de l'encolure que j'ai rapprochée du cou. Comme je n'avais pas fait attention à la faible laize du coupon, j'ai du ajouter 2 manches en viscose qui sont du plus bel effet. Maman en est ravie, j'ajouterai les photos sur elle plus tard.

    [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

    Wam / Liseli
    Althea / Mlle Miio

    [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

    [Bésame Mucho] Mes tests dans différentes mailles

      Il me reste à faire le billet sur les adaptations morphologiques pour clore le cycle Bésame Mucho : je pense parler de l'adaptation forte poitrine et de l'adaptation larges épaules, mais vous pouvez toujours me dire en commentaire si vous avez un souhait particulier.


    5 commentaires
  •    Cher lectorat, nous voici à nouveau réunis pour faire le bilan de l'année écoulée du point de vue des 26817 coup de ciseaux donnés. Si capillairement parlant j'ai appris que le carré filasse était finalement préférable au carré Cathy Carter-Smith asymétrique, vestimentairement l'année fut davantage sous contrôle avec :

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?
    - un chemisier Burda au col duquel j'ai redonné un poil trop d'aisance, régulièrement porté, et une jupe en sweat sur mesure que j'aime beaucoup.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

     - un gilet en sweat rose très régulièrement porté, bientôt aussi indispensable que ce short. Soulignons la grande qualité du sweat Lebenskleidung qui ne présente pas la moindre bouloche aux zones de frottement avec le sac.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - un caban tout frais pour traverser la Manche et aller élever les chèvres dans le Lancashire.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - une robe en pilou très appréciée mais un peu courte pour être portée en toutes circonstances.

      La suite de la saga pantalon : après avoir abaissé la ceinture de mon jean vert afin que mon ventre puisse vivre dedans, j'ai enfin retrouvé le Safran gris dans la pile à reprendre car le frottement des cuisses commençait à faire lâcher la couture. J'en ai profité pour retirer du tissu à la couture côté en haut des hanches et reprendre uniquement le bas de la ceinture pour ne pas avoir le bide plus comprimé : c'était exactement ce qu'il fallait pour qu'il cesse de redescendre à tout bout de champ ! Mais ce n'est pas pour autant que je le porte souvent car je suis assez sensible à l'entrave à la circulation sanguine dans les mollets.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - J'ai ensuite refait un jean d'essai pas transformé et peu portable puisque son velours bleu premier prix déteint sur le corps.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - puis un beau jean en velours bordeaux à raies épaisses, adopté parmi les basiques.

      On a cousu du Deer & Doe grâce à la patronthèque des copines :

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - on a joué à l'éditrice de tissu avec une Mélilot en satin imprimé Spoonflower, dont l'enduit est moins caoutchouteux au bout de quatre lavages. La relative raideur du tissu n'en fait pas ma chemisette préférée. Après avoir réitéré l'expérience d'imprimés de différentes teintes sur la qualité interlock GOTS, je conseillerais aux gens intéressés par ce service de préférer un motif clair sur les tissus en coton.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - un test de Mélilot en coton de Selenz, donné de force à Liseli.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - une deuxième Mélilot dans le même coupon, ajusté à mes mesures et cette fois réversible, que j'ai beaucoup portée du côté des petits motifs géométriques.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - une Anémone en velours noir à fines rayures, pas trop reportée cet hiver car pénible à repasser.
    - une réinterprétation de la Carme de Pauline Alice par Lekala et corrigée par moi, très portée même si les brides sont trop longues.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?
    - en juin j'ai commencé à travailler sur le T-shirt équilibré et Bobby le ramasse poussière m'a laissé un tatouage à vie.
    - puis j'ai refait mon buste de base et le buste de base de Festive Road.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - et à l'automne j'ai travaillé et sorti le patron de T-shirt Bésame Mucho, le basique dont j'avais besoin et dont vous avez besoin aussi à mon avis.

      Au premier semestre, j'ai planché sur le projet de patrons destiné à l'emploi de chutes, travaillé plusieurs modèles pour finalement n'en sortir que deux :

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - Kelly Watch the Stars, dont je n'ai porté que les versions 1, 4 et 5 des montages ci-dessus, la 4 étant celle qui fait le moins pyjama de jour (je crois que Monsieur a une dent contre ce patron).

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    Hanging Song en version débardeur en soie à gauche, en viscose à droite, que j'ai peu porté...

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - ...et en version robe, qui devait davantage épouser mon désir sous-jacent à ce moment-là puisque je l'ai portée plusieurs fois et suis bien contente de l'avoir pour les prochains étés.

      J'ai aussi obtenu plusieurs versions portables des autres ébauches de patrons, que je vais donc vous montrer dans une série de photos peu farouches du cuissot.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - j'avais envie de faire un T-shirt à larges manches raglan contrastantes, mais ma soif a été étanchée dès la première tentative.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - une jupe courtes en sweat à panneaux et poches latérales. Mon moi de 20 ans me signale qu'il n'est pas mort et qu'il adore cette version faite de bric et de broc. Mon moi de 35 ans l'informe qu'on est désormais une bourgeoise vivant dans une métropole dont le nom est associé à une autre idée de l'élégance, et qu'on va plutôt la retenter dans un molleton bio kaki (cf supra), qui est effectivement régulièrement porté.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - un bermuda (n'écoutez pas celles qui disent que c'est un short) à parement inférieur, j'aime bien devant et de dos mais de côté, meuerk. Il est possible que je reprenne l'affaire au moins pour moi en 2020.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - pas pour ce projet mais toile montrable tout de même, une robe en jersey velours à fronces sous-poitrine et jupe à panneaux, pas assez cintrée dans le dos.

      Côté tricot :

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - toujours pas de pull allergisant en laine de chat mais du rose encore avec le Vintersol à base de Shetland Azalée, dont l'ampleur est finalement appréciée et qui est donc très porté.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    - la faune et la flore sur le grand châle dont j'avais besoin en jacquard mérinos bien dense. Je le porte sur les épaules tandis que j'écris cet article.

    **********

      En 2019, on a encore gâté ses proches :

    - un pantalon en chino beurre frais Lebenskleidung sur mesure pour Monsieur (irréversiblement taché de noir au bout de 15 jours: malédiction familiale paraît-il)

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?
    - un châle pour Maman en Malabrigo Arroyo à point texturé. A noter que j'ai été un peu désappointée par ma finition des bords en point mousse qui bride l'élasticité du point employé.
    - recyclage d'un pyjama en velours trop court de Maman pour ma nièce avec un patron Burda.
    - jupe Anémone en velours noir pour ma binôme pianiste des Neptune's Daughters, accompagné de son petit gilet Burda taillé dans les chutes, le tout ravissant.
    - un calendrier de l'Avent de dix T-shirt/pyjamas en jersey GOTS assemblés au fil polyester parce que le budget n'est pas illimité non plus, que le père Noël n'a pas même pas pu livrer pour cause de rennes en grève. Ils ne sont heureusement ni périssables, ni démodables.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ? 

    - un lot de pochons à cadeau dans des chutes de tissu.

    **********

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

      Bon ok, c'était un peu l'usine cette année, mais entre les nombreuses toiles portables de patron et les cadeaux, on constate que la répartition du reste est équilibrée !

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

      Une année 2019 très valeurs sûres, avec une première apparition d'Ottobre dans la partie cadeaux.

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

      Où l'on constate que toile portable n'est pas nécessairement toile portée.
    2019 en une tenue :
      liquette Carmelita + pantalon velours bordeaux + pull Vintersol à dominante rose + gilet sweat rose + châle animalier.

     €€€€€€€€€€

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

    Dimanches lumineux : cette année, j'ai pu payer 5 mois d'abonnement à eklablog grâce à vos dons. Merci !

    Bilan 2019 : enfin la sagesse ?

     Heureusement j'ai une autre source de rétention de liquidités pour acheter du tissu

    **********

      En somme, j'ai honoré le contrat de 2019 : confectionner les basiques qui me manquaient (les chemises, les T-shirts, le pantalon). Je déclare donc 2020 année de l'habit de lumière : place aux projets plus personnels et ambitieux dont le désir remonte à plusieurs années, au choix :
    - tailleur veste/pantalon (serait temps depuis le temps qu'on en parle !)
    - combipantalon (profitons de la mode)
    - combipyjama (parce que)
    - combishort années 80 (tout un programme)
    - robe sport-parka (je me comprends)
    - robe far west (je me comprends aussi)
    - robe à godets copie d'un modèle estival Rhode Resort (miam un modèle à décortiquer)
    - un manteau long à boutonnage simple pour l'hiver prochain, que j'imagine a priori en prince-de-galles anthracite (du gris vraiment ?)
    - robe simple mais classe en velours de soie/viscose, bronze de préférence (cf. toile ci-dessus)
    - non réalisée l'an dernier :
    une chemise à col asymétrique et boutons pression, soit une saharienne, ou peut-être une vareuse finalement
    - un autre jean
    - un bermuda à plis

    - Monsieur attend toujours sa veste, donc il y aura au moins une toile de veste en 2020 histoire de voir si le modèle du livre de S.Esparghilé qui me semble tout de même bien trop moulant pour ses habitudes lui convient.
    - côté tricot un pull à empiècement couleur noisette/rouge-gorge, reste à trouve une laine au nuancier adéquat

    - et côté patron, idéalement deux robes et un T-shirt masculin.

      Et maintenant, on va faire un jeu : imaginons, nous sommes en 2020 et le vicomte de boisjoly souhaite donner un nouveau nom sophistiqué à sa marque de patrons de couture : "Officine Capucine" a ses faveurs, mais son précieux lectorat sent certainement bouillonner en lui d'autres agencements verbaux dans l'air du temps ? Think  #artisanat #réenchantementdelacouturelente #réinventiondesoi #jeuneurbaine   #magrandmereetaitcouturiereahnonlamiennevendaitdespetitesculottesadijondanslesannees30   #délicatetraffiné. 
    À gagner : un patron de volant homme/femme/enfant de la largeur de votre choix avec sa réglette de gradation pour s'adapter à toutes les zones anatomiques (dans son usage non dévoyé).

      Que la créativité soit avec vous pour 2020 !


    20 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires