•   Vous souvenez-vous de ma soi-disant robe Angela 15 ans ? Depuis le temps que je promettais une petite sœur à ce pilier de ma garde-robe, il aura fallu que je tombe sur un tissu providentiel pour lancer le processus. Ce ne fut pas gagné, puisque ce pilou à carreaux 100% coton à l'exceptionnel toucher 100% cachemire aperçu deux semaines auparavant chez sacrés coupons était devenu introuvable au détecteur à pépites quand je me suis décidée à m'en porter acquéreuse et que son signalement ne disait rien aux vendeuses ; je m'apprêtais à me demander s'il avait vraiment existé et à devoir en faire le deuil quand je l'ai retrouvé sur leur site internet ! Il en reste deux et le métrage est parfait pour un pyjama, je dis ça je dis rien.

    La robe doudou

      Je suis partie de ma nouvelle base pour la construction. Le haut n'est pas patronné de la même manière que la première fois parce que je voulais un peu moins de tension sur l'épaule : le décolleté est donc un peu plus lâche et la tête de manche tombe davantage sur l'extrémité de l'épaule, un poil trop cette fois. J'ai absorbé un peu plus de volume à la poitrine à l'aide de deux pinces au lieu d'une, orientées de manière à préserver la continuité des lignes rouges/jaunes. La manche est également perfectible, mais je suis surtout satisfaite de voir que j'arrive maintenant à pondre une manche correcte sans me baser sur des calculs/tracés alambiqués.

    La robe doudou

      Le décolleté fini au biais a été stabilisé par une bande de thermocollant.

    La robe doudou

      Le grand dilemme de cette robe fut la longueur de la jupe dos car la principale motivation derrière cette nouvelle déclinaison est que la première a rétréci à ce niveau. Déjà que la longueur midi n'est pas franchement le genre de la maison, là c'en est arrivé au point où je ne peux plus me pencher, heu, sereinement. Une longueur dos à la carte était possible en plaçant le demi cercle dans la longueur, mais cela m'aurait forcée à un haut dépourvu de la légère élasticité du sens trame. L'option choisie a donc été de couper la jupe dans la largeur, d'où la longueur limitée.

    La robe doudou

    2014 vs 2019

      A la fin de mon billet de 2014 je regrettais que les manches fussent un peu courtes, 5 ans et 5 cm plus tard, les voilà idéales.

    La robe doudou

     Après cette photo j'ai repris la ligne de taille qui gondolait un peu sur le devant.

      Le dernier fil coupé, j'ai épongé une larme de bonheur... pour m'apercevoir que j'avais oublié la planque du mouchoir. Et c'est parti pour re-2 poches paysannes, d'abord montées à l'envers parce que j'étais pressée youhouuu ! Je ne sais toujours pas si c'est l'idée du siècle de les avoir mis sur une zone qui tombe dans le biais mais la déformation de robe n°1 ne semble pas horrible, alors qui vivra verra.

    La robe doudou

    La robe doudou

      Nous vivons une saison parfaite pour cette robe. Et la différence majeure d'avec 2014, c'est que j'ai maintenant 2 grand châles pour venir la réchauffer !

    La robe doudou

    La robe doudou

      Elle n'est pas doublée car je déteste toujours autant poser des doublures et heureusement le pilou mou ne colle pas aux collants. Ses 80 cm à la taille ne l'empêchent pas d'être enfilée facilement même sans système de fermeture.

      Bilan : grosse vibe wardrobe staple pour cette resucée, qui ne serait à corriger que d'un brin pour les légères dissonances subsistant (épaule et carrure devant à raccourcir, excès de tissu de la tête de manche au dos, hauteur de l'ourlet à niveler). Mais entre nous on sait que le coton ça rétrécit toujours un peu, donc dans quelques lavages elle devrait s'approcher d'un état ressemblant à rien de moins que la perfection à mes yeux.


    18 commentaires
  •   J'éprouve fréquemment certaines fixettes envers l'un ou l'autre des traits morphologiques de mes congénères. Fin juillet, c'étaient les carrures et largeurs d'épaules, à cause de la 2eme partie de ce billet à propos de la poitrine et de la question d'adaptations de bonnet dans les patrons de couture que je ne peux terminer prématurément faute de participation sous peine de raconter de la merde. Qu'à cela ne tienne, connais-toi toi-même a dit le sage, et j'en ai profité pour actualiser mon patron de corsage de base et tester deux outils disponibles sur le net.

    **********

      J'ai constaté au fil du temps à quel point m'était utile une petite silhouette en papier 1/10 pour avoir une idée de ce qu'il était permis d'espérer de l'allure d'un patron sur ma morphologie et tester des idées de vêtements. Aussi, suite à la lecture de cet article du webzine couture Louise, ai-je voulu tenter l'utilisation de MyBodyModel ; il s'agit d'une application qui se propose de reconstruire votre silhouette à partir de 25 mesures, et de vous fournir une vue de devant et de dos du gabarit obtenu afin de pouvoir dessiner des vêtements par dessus. En totale violation des CGU j'ai d'abord fait joujou avec les captures d'écran ramenées au 1/10 de ma stature, en partant de la silhouette obtenue en rentrant mes mensurations prises exactement comme indiqué sur le site puis en modifiant les paramètres pour aboutir à ma silhouette réelle, aux cotes vérifiées à l'aide d'un pied à coulisse.

    Corsage de base 2019 : on prend la même et on recommence

    Silhouette obtenue avec mes mensurations réelles / avec mensurations corrigées / ensuite retracée manuellement

      Pour info, voici les correctifs effectués entre la silhouette de gauche et celle du milieu :
    - tour cou : +2
    - hauteur cou : +4
    - largeur épaules : +5 -> là c'est un problème puisqu'une simple longueur n'est pas respectée sur le dessin
    - tour buste supérieur (sous les aisselles) : +5
    - tour sous-poitrine : +10
    - taille : +2
    - hauteur cou-taille : +1
    - tour hanches hautes : +1
    - tour hanches basses : +1
    - tour cuisse : +1
    - tour genou : -1
    - tour mollet : -3
    - hauteur poitrine (avec soutien-gorge...): -5 (c'était le max permis sinon j'aurais essayé plus)

      Bref, soit je suis plate comme un chat écrasé soit il y a encore une marge d'optimisation non négligeable (faudrait qu'Althea et sa cage thoracique en cannelloni teste l'engin !) avec les points suivants, les deux premiers se retrouvant sur beaucoup de comparatifs d'utilisatrices que j'ai vus :
    - la taille et la carrure sont sous-estimées,
    - la poitrine est dessinée trop haut, avec les seins forcément projetés sur le côté en mode retour du marché avec un melon calé sous chaque aisselle.
    - le cou est trop court (ou mes clavicules sont trop droites ;-) )
    - la largeur d'épaule est sous-estimée
    - un bémol également sur les mollets dessinés en quilles de bowling.

      Et voici donc la superposition de la silhouette initiale et de la silhouette finale :

    Corsage de base 2019 : on prend la même et on recommence

      Rien de spécial à ajouter sur la vue de dos, qui est cohérente avec le devant.

      Avis final : je dirais que c'est un très bon outil de départ (mon moi d'il y a dix ans l'aurait beaucoup apprécié au lieu de perdre son temps à tâtonner sur des silhouettes incertaines), le style du croquis est agréable à l'œil, mais la conformation du buste au dessus de la taille reste insuffisamment fidèle à la réalité. Le prix (29$) est un peu olé olé pour le service proposé, surtout qu'il faut repasser à la caisse à pridami si on veut modifier la moindre mensuration, mais faut croire que j'étais d'humeur woah super amazing sororitay le jour où j'ai craché au bassinet.

    **********

      Fin juillet, afin de reconstruire une base de corsage sans aisance sans suivre de méthode en particulier, je me suis également remesurée de fond en comble. Après avoir consciencieusement niqué un beau stylo fin pointé mes repères anatomiques au stabilo bleu, j'ai relevé pas moins de soixante dix mesures afin de garantir la fiabilité de la construction, les carrures ayant été double validées par un regard extérieur.

      Je voulais notamment disposer d'une base qui épouse l'entournure au plus juste, et déterminer quel était le repère le plus pertinent pour le côté de l'épaule (conclusion : le creux tout juste après l'extrémité de la clavicule), et pour le milieu dos de l'encolure (est classiquement conseillée le milieu de la 7eme vertèbre cervicale, la plus protrusive, mais ici ça tombe trop bas donc j'ai pris entre la 6eme et la 7eme) et se rendre compte que se servir de la mesure taille-encolure milieu devant induit complètement en erreur si on la prend à plat. 

      J'ai volontairement choisi de ne pas dessiner une encolure serrée car je déteste ça et que mes trapèzes musculeux ne forment pas de cassure évidente à la base du cou, et de rester sur un confortable 40cm. C'est la seule mesure que j'ai artificiellement orientée, et je pourrais la réduire à 38-39cm en cas de besoin d'un col plus fermé. 

    Corsage de base 2019 : on prend la même et on recommence

    Encolure et entournures sont bordées de droit fil thermocollant pour éviter leur étirement.

      La première toile, en gris, s'est avérée très satisfaisante. Les uniques correctifs ont consisté à réduire la longueur d'épaule de 0,5cm et à modifier légèrement la répartition du volume entre l'épaule devant et l'épaule dos pour avoir des pentes moins dissemblables.

    Corsage de base 2019 : on prend la même et on recommence

    Flèches bleues : extrémités d'épaule corrigées

    **********

      Sur ces entrefaites, appâtée par un message d'Althea sur T&N j'ai ensuite testé le PatternLab de Ralph Pink. Une application en angliche de londonie où il est encore question de se mesurer, cette fois pour obtenir un patron de base paramétrable selon l'aisance/marges/type de découpe/longueur/présence de manches souhaitées, tout ça pour la modique de somme de £7,99 ! Quand ton pricing rencontre mon picsouing, une belle histoire peut commencer. J'ai donc choisi une base de torse sans aisance avec découpe bretelle devant et pince d'épaule sur le dos, en reprenant les mensurations utilisées pour ma propre base.

      Les mesures à prendre pour un torse avec manche sont au nombre de 18. À chaque mesure rentrée, le logiciel indique quelle serait la mesure choisie par lui s'il devait la prédire, et quelle est la fourchette de mesures au delà de laquelle il ne garantit pas un tracé harmonieux.

    Corsage de base 2019 : on prend la même et on recommence

    Les différences :
    -  sur ma base, j'ai réparti au mieux le volume des pinces afin que les courbes de côté dos et devant restent identiques. Avec PatternLab, elles sont plus accentuées, et avec le côté devant  plus concave que le dos.

    - la pente d'épaule est plus horizontale chez PatternLab
    - les entournures sont moins creusées au niveau des aisselles
    - l'encolure dos est moins creusée, et un peu plus large
    - la pince poitrine est 0,5cm moins large

      Sinon les dimensions indiquées sont respectées. Reste que le logiciel n'a pas (encore ?) des dizaines d'options pour traiter les mensurations rentrées ; par exemple en lui donnant une profondeur d'entournure à 19,5 cm alors que la valeur prédite est 21,3 cm, je pense que pour respecter la valeur de tour d'épaule de l'utilisatrice le logiciel s'adapte en montant le point d'épaule, alors que je m'adapte en creusant le bas.

    Corsage de base 2019 : on prend la même et on recommence

    PatternLab/BoisjolyLab (les deux avec la marge d'1 cm conservée aux entournures)

    Corsage de base 2019 : on prend la même et on recommence

    Là on voit bien que la pente d'épaule n'est pas assez forte chez PatternLab

    Corsage de base 2019 : on prend la même et on recommence

     Il reste un petit pli de cambrure sur ma base, mais la position des pinces du ma version crée moins de plis, on sent que ça flotte moins au niveau du ventre et des fesses.

    Corsage de base 2019 : on prend la même et on recommence

    Corsage de base 2019 : on prend la même et on recommence

    J'imagine que la petit poche de fesses sur la version PatternLab est accentuée par la longueur dos qui était de façon non négociable plus grande que sur ma base.

    Corsage de base 2019 : on prend la même et on recommence

      Faut pas trop s'attarder sur le fait que les carreaux semblent parfois obliques : c'est qu'ils n'étaient pas tout à fait droits, et même en coupant strictement symétriquement après avoir tiré sur le tissu, ça a tendance à se remettre un peu comme c'était avant.

      En définitive, voilà un outil qui vaut largement son prix pour peu qu'on sache se mesurer précisément. Même si le résultat n'est pas dans mille, c'est un point de départ solide sur lequel on peut ensuite jouer manuellement en y reportant ses mensurations non prises en compte, par exemple [longueur milieu encolure-taille], ou [longueur côté épaule-pointe sein]. Et si on a déjà une idée des problèmes qu'on rencontre habituellement (pour ma part : dos trop long, milieu devant trop court, carrure devant trop courte, plis à la poitrine), le travail de modification devrait être moins hésitant.

      Question expérience utilisateur je reconnais avoir été bluffée par la fluidité et le niveau de détail du processus. Le seul moment où on a vaguement pu m'entendre grogner c'est quand je ne suis pas parvenue à retrouver l'onglet dans lequel modifier mes mesures (indice : "edit" à côté du nom de votre profil), et quand il était expliqué comment prendre les repères sur le T-shirt blanc de la mannequin (indice : une meuf en soutif c'est plus parlant, pis on peut tout aussi bien écrire dessus). J'ai trouvé excellente la solution trouvée pour permettre au client de corriger des mesures inadéquates sans profiter de son accès pour rhabiller tous ses proches ni devoir repasser systématiquement à la caisse : en effet, seules les mensurations de TP, TT et TH ne sont modifiables que trois fois, les autres mesures restant ajustables à l'envi. On peut ainsi générer de multiples bases sous forme de PDF afin de déterminer laquelle est la plus juste.

      Me voilà donc parée pour de nouvelles aventures encore plus sur mesure ! J'espère que ces retours vous auront été utiles, et je suis toujours curieuse d'entendre les vôtres sur ces outils ou d'autres du même type que vous auriez été amenés à utiliser.


    23 commentaires
  •   Pour cette troisième Mélilot, la sélection du tissu s'est encore une fois trouvée croiser le chemin de Selenz,  puisque c'est elle qui m'a sonné les cloches lorsque Spoonflower a organisé sa semaine de frais de ports gratuits en octobre dernier. L'occasion de faire transiter immédiatement une obole reçue de la daronne de Monsieur (c'est sympa mais depuis quand les belles mères non officielles envoient-elles des chèques d'anniversaire ?) et de tester les imprimés qui me faisaient envie depuis un moment. Sauf qu'il a fallu se décider et c'est finalement le motif 4'' Boone fall floral coloris deep purple de la prolifique shopcabin qui a été élu en Organic Cotton Sateen Ultra puisque je projetais d'en faire un chemisier. Je ne sais plus combien de temps il a mis à arriver (paye ta review de merde), de mémoire 10 à 15 jours.

      J'ai été assez déçue à la réception du coupon car plutôt que teint, on aurait dit que le tissu avait été enduit, j'ai même fait couler de l'eau dessus pour voir si c'était imperméable (même pas). L'intérêt du satin étant la douceur de sa face endroit, c'était...ballot.

    Mélilot fleur cuillère

    C'est les vacances : pas de raccord entre les pans

      Après que le coupon soit resté un moment sur la pile du bureau (une des efficaces mesures anti-achat : les tissus fraîchement acquis sont laissés dans mon champ de vision pour me rappeler de leur faire un sort au lieu de penser à autre chose), j'ai fini par choisir de le transformer en une Mélilot dont je venais de voir qu'elle pouvait s'accomoder d'un tissu peu fluide. J'ai coupé la même taille que la 2eme Mélilot verte : 40 avec modifications encolure et courbe de hanches, avec un chouille plus de place aux épaules. Les pièces ont tenu dans le mètre commandé.

    Mélilot fleur cuillère

    Bon ok on voit le petit oiseau, j'aurais ptêt du garder au moins du 41 en bas des hanches...

      Je l'ai cousue pendant la canicule de juin et ai été un peu catastrophée de la sensation de confinement ressentie une fois enfilée en comparaison du T-shirt en lin fin, tellement on sent que le tissu très dense fait obstacle à l'air et à l'humidité corporelle. Reportée en temps estival classique la sensation est bien moindre, mais mieux vaudra renoncer à cette version en cas d'enjeu thermorégulateur sous peine d'autocuisson.

    Mélilot fleur cuillère

    "Fuir la chaleur parisienne"

      Le masochisme étant l'un des traits constitutifs d'une blogueuse porte-manteau prête à tout pour avoir ses photos, c'est bien sûr le jour d'un record de chaleur normand qu'elles ont été prises.

    Mélilot fleur cuillère

    Même si vous n'aimez pas les fleurs, avouez que c'est une variation bienvenue des imprimés trop vus !

      Notons que, et c'est important de le signaler car je me suis laissée lire que ça n'avait pas toujours été le cas, je n'ai pas eu d'éclaircissement du tissu à déplorer en quatre lavages à 30°C, et les piqures des zones que j'ai du découdre n'ont pas laissé de points blancs (par contre je m'apitoie parce que j'ai tiré deux fils au niveau des boutonnières et que ça fait deux traits blancs).
    J'aurais du noter le taux de rétrécissement après décatissage mais je me souviens juste que ça allait. Le toucher gommé s'est quelque peu atténué avec ces quatre lavages, donc je vais simplement noter sur le bulletin : "est sur la bonne voie, doit poursuivre ses efforts".

    Mélilot fleur cuillère

      Évidemment tout ça plissote un peu, mais ça me va.

    Mélilot fleur cuillère

    Méliliot fleur cuillère nourrir flou juvénile piaf

    Mélilot fleur cuillère

    Tchip fort aimer hutte fais le toi même

      En comparant avec le satin de coton bio à morue de chez Sam'Oz, le tissu est similaire mais là où l'imprimé morue discret laissait tout le velouté du satin affleurer, il est ici complètement étouffé par l'enduction.

    Mélilot fleur cuillère

    **********

      J'ai profité de la commande pour importer quelques échantillons de 20x20cm des qualités et imprimés dont je voulais me faire un idée.

    Cotton Poplin Ultra : assez légère mais tellement raide que je ne vois pas ce que j'aimerais en faire en habillement. L'imprimé serait parfait sur une chemise jersiaise (c'est une chemise hawaïenne avec des fleurs de chez nous)

    Mélilot fleur cuillère
    Organic Sweet Pea Gauze : une double gaze bien lâche et molle -onaimeouonnaimepas- au toucher assez neutre, j'aime beaucoup l'imprimé en aquarelle. Sur un fond autre que blanc ça ferait réfléchire.

    Mélilot fleur cuillère

    Organic Cotton Knit Ultra : environ 15% d'extensibilité sans le tonus de l'élasthanne, convenable pour des T-shirts non moulants. Imprimé joli en petit sur écran, moche en vrai.

    Mélilot fleur cuillère

    Cotton Spandex Jersey : un poil moins agréable au toucher que le précédent mais bien élastique (30% facile). L'extension du tissu laisse apparaître le blanc de la fibre non imprimée mais ça reste harmonieux. Imprimé façon cyanotype fort sympathique.

    Mélilot fleur cuillère


    4 commentaires
  •   Un des projets de 2019 était de dessiner le T-shirt parfait un T-shirt qui m'aille le mieux possible. Pour comprendre un peu comment y arriver, j'ai fait ce que j'aime bien faire dans ces circonstances, c'est-à-dire reporter de façon superposée les tracés de plusieurs patrons de T-shirts, une dizaine en l'occurrence, comprenant notamment ceux que j'ai déjà faits (Briac, Casual Wear, Plantain, Burda) et quelques autres dont les réalisations sont abondamment publiées sur le net pour ceux qui sont gratuits (Arsène ancienne version, Badiane, Stellan Tee, d'autres Burda, un Ottobre), après retrait des marges de couture pour ceux qui en sont dotés. Ce qui m'a permis de comprendre ce qu'il me fallait et l'origine de certains aspects récurrents distingués sur les réalisations de ces divers patrons.

    **********

      Mais d'abord, penchons-nous sur un T-shirt un peu spécial : celui en jersey de chanvre/coton fin GOTS reçu à la fin de la campagne de financement ulule qui consistait à soutenir la relocalisation en France du tricotage/tissage des tissus de la Cantate du Chanvre, dont l'affaire a depuis été reprise par Macasports. Ce jersey n'ayant a peu près aucune élasticité, je testais alors une formulation située entre le T-shirt pour homme du livre Casual Wear et le Briac du livre Coudre le stretch dans le but d'obtenir un T-shirt estival ample et fluide.

    Le T-shirt bien

    En septembre 2018

      Le côté endroit du tissu, plus doux, a été placé sur l'envers. J'ai commis l'erreur fatale de tirer un peu sur le tissu à la coupe pour le redresser car il vrillait comme un malade. Mal m'en pris puisque c'est maintenant sur moi qu'il dévrille... Leçon retenue : sur un jersey sans motif, pas d'excès de zèle.

    Le T-shirt bien

    En juin 2019 après quelques lavages

    Le T-shirt bien

    Ourlet cousu à la main pour éviter ce genre de plis... qui heureusement sont fortement atténués au repassage.

      Sinon c'est une très bonne maille fraîche et légère, pas excessivement transparente ; pourvue en somme de suffisamment de qualités pour la porter sans être malheureuse en période de canicule. Toutefois je réduirais un peu l'ampleur de l'ouvrage s'il était à refaire avec le même tissu.

    **********

      Revenons à nos cotons. Je voulais terminer d'utiliser un coupon de jersey beige GOTS Lebenskleidung, auquel 5% d'élasthanne confèrent une grande nervosité. Il ressemble pas mal en cela au jersey avec lequel j'ai fait le Briac bleu marine, c'est donc surtout ce vêtement qui m'a aidée à poser les jalons de mon tracé. En effet, je me sens assez engoncée dans ce dernier au niveau de la carrure et du haut des manches. Je souhaitais également une épaule plus prolongée sur le côté, et une emmanchure un peu plus plate. Bref un T-shirt moins moulant et prenant en compte mon bonnet C. Et avec des manches courtes. Et une encolure ronde suffisamment dégagée.

      J'ai donc repiqué sur une feuille les nouveaux tracés estimés répondre à mes attentes, ajouté les 0.7 cm de marge, une bande d'encolure d'1 cm, et voilà :

    Le T-shirt bien

      Eh bien même avec un élargissement conséquent à ce niveau (+ 1,5 cm sur chaque côté en carrure devant), je sens bien la tension du tissu au niveau de la carrure devant même si ça ne se voit pas en photos, et cela contribue à remonter légèrement le devant lorsque je bouge. L'aisance est de 0 cm à la poitrine et... je m'aperçois à l'instant que l'aisance à l'ourlet est également de 0 cm, je pense que quelques cm supplémentaires à ce niveau seraient les bienvenus. La manche est très bien. J'ai résorbé 1 cm de "pince" poitrine sur le côté mais cela contribue à former des vaguelettes assez visibles.

    Le T-shirt bien

      Côté technique :
    - j'ai vraiment du mal avec la pose de laminette simultanée à la couture des épaules, entre le bout d'élastique qui se barre et son étirement pendant la couture malgré que j'étire bien le tissu, on n'est pas aidée ! Je me retrouve ici avec des épaules légèrement froncées.
    - la pose de la bande d'encolure provoque également quelques vaguelettes par endroits.
    - la couture des ourlets à l'aiguille double s'est relativement bien passée avec un long point en essayant de maintenir le tissu à plat dans la largeur lors du passage sous le pied de biche (PS : j'ai essayé le truc du papier de soie sous la couture sur des échantillons et ça n'apportait aucune différence visible).

    Le T-shirt bien

      Je suis globalement satisfaite de cet essai, il est déjà régulièrement porté et ne sera pas démodé de sitôt !


    7 commentaires
  •   Assez tôt dans la genèse de Hanging Song j'ai été motivée par la perspective d'en décliner une robe longue avec ajout d'un lien coulissant à la taille. L'allure que prendrait la robe sous la ceinture restait indéfinie : simple allongement ? Ajout de panneaux froncés ? Ajout de panneaux froncés et asymétriques ? Et quelle longueur ??

      Pour en décider je me suis laissée guider par l'élu acheté le jour même de sa découverte : un ravissant et fin crêpe de viscose du diable trouvé une fois encore chez Sacrés Coupons, le meilleur des meilleurs de la butte Montmartre (cri du cœur non sponsorisé). Position sur l'échelle du fuyant à environ 7/10, soit pas tout à fait suffisante pour tenter un gélatinage.

      Les photos ont été prises hier alors qu'il était sensé pleuvoir #lanormandie, nous avons donc eu une excellente fin d'après-midi qui m'a permis d'étrenner cette robe alors que soufflait un vent chaud.

    [Hanging Song] Adaptation en robe

    Photos ©Madame Grès (la vraie)

    Les détails techniques :
    - haut en taille 40/42 avec ajustement du devant à un bonnet C et réhausse d'1 cm, avec pattes de boutonnage entoilées à la G785 (je recommande).
    - ajout d'une coulisse de lien spaghetti à la taille (d'où le choix de la taille 42 pour avoir plus de fronces), et broderie du tissu à la va-comme-je-te-pousse au niveau des trous de sortie du lien.
    - bretelles coupées dans le biais, dont la largeur de 9 mm a été ajustée aux anneaux parme récupérés d'un soutien-gorge afin pour rendre leur longueur ajustable.
    - panneau froncé 1 : 48 x 200 cm de circonférence, froncé puis cousus endroit contre endroit du débardeur
    - panneau froncé 2 : 33 x 260 cm de circonférence, simple rempli froncé puis apposé sur l'endroit du premier panneau, cousu en place en laissant 1 cm de volant libre, puis marges surjetées ensemble. J'avais hésité à faire la même finition sur le panneau du haut, et c'est peut-être ce qui va finir par se passer (spoiler). Ourlet roulotté en bas.

    [Hanging Song] Adaptation en robe

    Bretelles lingerie + coutures anglaises + coulisse de lien de taille + envers des boutons similaire à l'endroit

    [Hanging Song] Adaptation en robe

    Boutons pressions en plastique aspect métallisé Prym + tirelibibis cuivrés de chez Fil 2000.

    [Hanging Song] Adaptation en robe

    Personne pénétrée de la joie simple d'offrir à la Nature la vision d'un devant symétrique.

    [Hanging Song] Adaptation en robe

      Verdict : on ne se prend pas les jambes dedans, elle ne marque pas trop l'élastique de la culotte (le premier volant est fixé très bas, sensation inhabituelle), mais la longueur est un poil excessive, je remonterai probablement le premier volant de 2 cm dès que la flemme regardera ailleurs. D'ailleurs si c'était à refaire, je remonterais carrément le premier panneau de 5-7 cm et en réduirais la circonférence de 40 cm.

    [Hanging Song] Adaptation en robe

      Contrairement au crêpe plus épais de la robe aux bâtonnets glacés qui a un rendu très frais, le toucher de cette viscose légère rappelle un nez de cheval. Tiédeur qui couplée à la longueur rendra cette robe moins agréable par temps caniculaire.

    [Hanging Song] Adaptation en robe

    Bleuets sans chiendent

    [Hanging Song] Adaptation en robe

    Quoique...

    [Hanging Song] Adaptation en robe

    Chatons de gouttière (authentiques)

    [Hanging Song] Adaptation en robe

    Vaches laitières dans leur écrin de verdure


    25 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires