•   Salut la compagnie, il est temps de passer le plumeau par ici ! Contre toute apparence j'ai pas mal cousu entre juillet 2022 et août 2023, mais je constate qu'il en est du blogging comme de la reproduction des pandas : une affaire extrêmement sensible aux conditions d'hébergement (surtout quand tu ne fais pas installer internet chez toi). La plupart des projets n'ayant encore jamais été présentés, ils seront cette année brièvement exposés à l'aide du traditionnel triptyque en pied puisque que je ne reviendrai pas dessus en détail.

    Bilan 2022-2023 

    Un aperçu de la production 2022-2023

    1 – Les adoptés

    Chemise kaki foncé : En coton/cachemire (10%) (Sacrés Coupons) doux, léger et souple, pour progresser sur la chemise de base. Une erreur sur l’encolure m’a fait augmenter la hauteur du col en milieu dos pour un résultat pas dégueu. À part un tirant persistant sur la largeur du haut devant qui devrait être corrigé sur la prochaine version, elle a tout bon !

    Bilan 2022-2023

    Jean en velours aubergine (SC) : beaucoup porté, mais fourche dos trop haute + extensibilité sans excès de tonicité = sensation de fesses qui pendent au porter. J’y pense et puis j’oublie, c’est la vie c’est la vie.

    Bilan 2022-2023 

    fotopourries, milzessecuses

    Soutiens-gorge2023 fut l’année du baptême du feu de la lingerie, avec le modèle de soutien-gorge à armature de l'excellent livre de Milena Sevette, très joli et qui correspond parfaitement à mes besoins. Les matériaux viennent de chez Mercerie Extra. J’ai peu porté la version test, mais abondamment les deux autres, documentés sur les pages projets T&N.

    Bilan 2022-2023 

    Soutien parfait ^^

    Sacs de piscine : prise de passion en 2022 pour la fréquentation des bassins, j'ai confectionné deux sacs adaptés à mon usage : le premier tout mou en matériaux de récup pour tester la taille et la compartimentation nécessaires, beaucoup utilisé. Le deuxième en seersucker rayé (SC) et lin bleu chiné (Merchant&Mills) de forme polochon pour s’adapter à la faible largeur des bancs de certaines piscines. Il est parfait (contenance, tenue, portabilité, retrouvabilité des affaires), je ne me sers plus que de lui en ce moment.

    Bilan 2022-2023

      J'ai eu un temps le projet de coudre un maillot pour pouvoir dupliquer complètement le contenu du sac piscine et arrêter de le trimballer d'un endroit à l'autre, mais j'ai été démotivée par l'aspect du tissu commandé à cet effet chez Mercerie extra et par l'excellente qualité du maillot Décathlon que j'utilise : quand j'en aurai vraiment marre j'irai probablement en racheter un là-bas ! Si l'aimable et patient lectorat a cousu son maillot de natation, son retour m'intéresse !

    Ponchos de piscine : il y a eu un arrivage inhabituel d'éponges fines en coton à BGF cette année dans lequel je me suis largement servie pour peaufiner un modèle de poncho (avec la poche pour arrêter d'oublier ses affaires partout) + turban de sortie de piscine (trois exemplaires différents).

    Bilan 2022-2023


    Robe peignoir : En éponge également, projet présenté en illustration du concours annuel de T&N qui portait sur l'architecture.

    Bilan 2022-2023

    Et si vous ne voyez pas le rapport, vous prenez la porte. Non mais.

    2 - Les pas mal mais faut aimer

    Robe ovale : premier projet de 2022 après six mois sans couture, lancé après avoir vu une robe de ce type dans la rue sur une fillette qui en semblait fort réjouie, réalisé en crépon de coton (SC) légèrement reteint en écru. Je l'ai portée une fois, mais surtout parce que je n'ai pas pensé à la reporter :-D

    Bilan 2022
    Pantalon Persephone
     : deuxième chance beaucoup plus confortable que l'essai thrombotique d'il y a trois ans. Un peu porté en 2022, mais comme le coton foulé poche et froisse facilement il n'a pas été ressorti en 2023.

    Bilan 2022-2023

    Bilan 2022-2023

     Pantalon Wide Leg Pants : à la suite du Persephone, jean fin (SC) et stable très agréable mais un peu trop mollasson pour ce modèle. Pas encore eu l'élan pour le raccourcir.

    Bilan 2022

     Bilan 2022-2023


    Chemisier Arvo
    : je voulais tester un patron Ose et celui-ci m'a plu, moyennant quelques modifications détaillées ici ; malheureusement je ne me sens pas très bien dans les tissus utilisés, trop froids (une cotonnade verte récupérée chez Marianne et un reste de tissu à chemise trop raide et trop claire) → à donner!

    Pantalon d'après celui du livre Dressed
    : après ajustements de la toile présentée ici, dans le même jean fin que le Wide Leg Pants. Le seyant n'est pas mal, malheureusement, le choix d'un élastique trop fin à la ceinture à même (flemme de faire la pièce rapportée) fait que celle-ci descend rapidement sur les hanches, rendant le pantalon peu praticable dans la vie normale. Découdre la ceinture pour augmenter la hauteur de la coulisse.

    Bilan 2022-2023

    Bilan 2022-2023


    Pantalon élastiqué léger gris
     : dans la foulée du pantalon Dressed je me suis dit autant reprendre la démarche depuis le début et j’ai bossé sur mon patron de pantalon élastiqué de base dont voici la version finale en fin coton pilou gris chiné (SC) qui me sert de pantalon de pyjama léger porté régulièrement.

    Bilan 2022-2023

    Blouse de base en pilou : preuve de l'utilité des coupons de 3 mètres, cette blouse cousue pour valider le patron de blouse de base dans le même pilou que le bas de pyjama est une réussite (mise à part l'absence de pince épaule). Par contre pour le tire-bouchonnage sur la poitrine après levé de bras y a pas de solution à part une étoffe fluide, et quand c’est trop fluide c’est pas ma came, voilà encore une raison de ne pas aimer les blouses. Donc celle-ci est en théorie devenue un haut de pyjama.

    Bilan 2022-2023

    Mini-jupe en gabardine : j'ai testé la procédure définie pour l’atelier moulage de jupe du WE de Rencontres T&N, mais je n’ai rien trouvé de mieux que de réaliser une version portable dans ce pauvre coupon de gabardine grattée pare-balles (Lebenskleidung). Heureusement, il lui reste la couleur pantone 2023, qui lui a valu un début dans le monde en 2024.

    Bilan 2022-2023

    Jupe Fumeterre : en lyocell au subtil imprimé soie sauvage (SC), auquel se sont ajoutés de peu subtiles marbrures lors du décatissage en machine. Le tissu a un beau drapé mais il est lourd, et même si ce n’est pas de la viscose de base, il froisse forcément quand on s’assoit ou pose sa jupe le soir venu. La sensation de pesanteur à la taille + les pans qui se prennent dans les sandalettes me portent à la conclusion que je trouve ce type de jupe belle mais peu pratique → à donner (sinon, un raccourcissement sous le genou est à tenter).

    Bilan 2022-2023

    Bilan 2022-2023 

    Sa petite sœur en drap de lit

    3 - Les horripilants

    Pyjama court à carreaux : encore un coton fin légèrement gratté (SC) acheté avec ce projet en tête. Chemisette dérivée de His’n’hers, short élastiqué de base. Il est porté mais je suis réellement contrariée par les carreaux qui ne veulent pas rester droits et modifient le tomber. Et j’aurais pu faire des poches, c’est le moindre des respects envers soi-même.

    Bilan 2022-2023 

    îîîk cette tête de manche

    Pantalon Tatjana : Je suis tombée sur un os avec ce modèle de Just Pattern, pas faute d'avoir toilé et retoilé mais manifestement je n'ai pas encore réussi à trouver le bon ajustement. Si encore j'aimais porter le lainage que j'ai choisi ! Las, celui-ci génère trop d'électricité statique, ce qui n'améliore pas le tomber de la jambe, qui a déjà tendance à vite s'écraser sur la chaussure tandis qu'elle se déploie en largeur. Et je n'aime pas porter une ceinture aussi haute sur un pantalon.

    Bilan 2022-2023

    Bilan 2022-2023

    Pantalon droit à pli devant sur mesure : terminons sur une note d'espoir. Après avoir fait un carnage avec un coupon de 3 mètres de Vitale Barberis en 2021 (deux pantalons coup sur coup, mon ego et mon porte-monnaie étaient piétinés), j’ai voulu aborder le massif par le versant moulage. J'ai essayé de mettre les photos les plus fidèles de ce pantalon d'étude sans poche.  Côté améliorable sans nuire à la portabilité : toujours le haut de la cuisse qui s'écrase au dos façon jodhpur, le pli dos qui ne veut pas rester tendu ainsi qu'un inhabituel excès de tissu sur la fesse probablement du à une pince trop profonde. Et du côté horripilant ? Moulage faisant, une asymétrie s'est installée sur la fourche dos qui ne tombe plus sur la raie dans le bas mais se pose à gauche, ce qui croyez-le est extrêmement déplaisant et peu rattrapable sans tout reprendre. Humpf.

    Bilan 2022-2023

    Bilan 2022-2023

    4 - Reste du monde

      J'ai cousu un T-shirt marinière, un pantalon en velours côtelé et une chemise à col Danton pour un grand dadais que j'ai la joie de voir régulièrement portés ; coupé et surfilé d'innombrables bavettes colorées pour les tests d'interaction couleurs-personne réalisés au WE de Rencontres Thread & Needles organisé l'an passé, et qui seront de sortie ce printemps du côté de Lyon si vous voulez vous prêter au jeu du drapage !

    5 - Ils étaient neuf célibataires

    Bilan 2022-2023

      Pour 2024, j'ai décidé de sortir et garder à vue les neuf coupons auxquels j'aimerais le plus faire un sort cette année :
    - deux velours d'ameublement pour redonner un coup de neuf à des coussins de canapé
    - une gaze de coton à carreau (pour une blouse ample ?)
    - un coton très gratté pour une chemise (projet en cours)
    - un petit morceau de coton velouté ferme pour faire un short (à concevoir)
    - un OCNI : a priori brocart de soie, assez rêche mais couleur sublime qui se fondrait bien dans une robe d'inspiration historique
    - un mélange laine/soie/cachemire alliant légèreté, douceur et fluidité, parfait pour une robe avec beaucoup de drapé
    - le reste du lin bleu dans lequel je verrais bien ce genre de haut (petit foulard inclus bien entendu)
    - un gros coupon de jean épais bicolore pour faire une combipantalon à manches raglan (à concevoir)

      Voilà pour les nouvelles, je ne garantis rien côté assiduité ici mais merci d'avoir continué à passer me voir pendant tout ce temps !

    Bilan 2022-2023 

    Et merci au Guerrisol de Saint Denis, sponsor de LA couleur 2023 !


    24 commentaires
  •   Au dernier tricobière parisien, le papotage sur l'actualité couture a abordé la récente refonte du barème des patrons Sophie Denys, démarche que j'ai trouvé fort intéressante car outre qu'elle fait suite à la  considération des problèmes récurrents de bien-aller au niveau de la zone supérieure du torse dans la population générale, elle prend en compte l'augmentation du volume de la poitrine à mesure que les tailles progressent, et elle fournit un tableau de mensurations détaillé qui permet réellement d'adapter le patron à sa morphologie. Comme la créatrice conseille d'essayer en première intention sa blouse Michaela, dont la construction et la relativement faible aisance la font le plus se rapprocher d'un patron de blouse de base, j'ai choisi ce modèle pour tester la marque.

      Ayant refait mon buste de base récemment, je connais bien mes mensurations actuelles et mes proportions, et voici où je me situe dans le tableau de tailles de la stature 168 cm (j'en fais 173) :

    Docteur Coing

      J'ai donc décalqué le patron en 42 majoritaire (notamment en bas de l'entournure), 40 poitrine, 39 taille remontée de 4 cm, carrure devant en 46 pour rester dans la gamme de tailles du patron, longueur d'épaule extrapolée au 56 étant donné sa faible progression entre chaque taille, encolure 46 allant vers le 43 à l'extrémité de l'épaule.
    Coup de chance, la profondeur de la pince poitrine en 40 (5.5 cm de profondeur, attribuée à un bonnet B chez cette marque) coïncide quasiment avec celle de ma base (6 cm en extrapolant à la largeur de la blouse). Et il y a une pince d'épaule (=savoir-vivre) !


      Aisance mesurée sur le patron modifié :
    - Buste supérieur : 10 cm
    - Poitrine : 11 cm
    - Taille : 24 cm
    - Hanches : 11 cm

      J'ai raccourci les manches et cousu une toile dans une batiste probablement récupérée à un tricobière.

    Docteur Coing au chevet de la blouse de base

      Évaluation du seyant :
    L'encolure ne baille pas, l'amplitude de mouvement des bras est satisfaisante sauf au niveau de la carrure devant un peu juste ce qui n'est pas surprenant vu qu'à ce niveau j'ai pris la taille 46 au lieu de la 49 qui m'aurait convenu. La hauteur du bas de l'emmanchure permet le mouvement sans coller à l'aisselle. Le tomber est harmonieux bien que je trouve le tout un peu large/flottant. Je l'ai portée une journée sous un pull sans y faire plus attention que ça, preuve que l'amplitude des mouvements quotidiens est permise.

      Bref, je valide le résultat de ce travail : les mensurations données se sont avérées suffisantes à l'orientation, même si mon bonheur aurait été total avec le tour d'encolure et la hauteur taille-côté d'encolure en bonus. Mais dans mon cas particulier, tout ça fait beaucoup de choses à modifier et il faudrait donc qu'un modèle de la marque me plaise beaucoup pour que je l'achète et entreprenne les modifications nécessaires. Il n'empêche que cette expérience rend souhaitable la publication par les marques de tableaux de mensurations un peu plus étoffés, ainsi que le fait burda par exemple, afin mieux situer le type de morphologie ciblé par chaque marque et l'ampleur des modifications nécessaires pour l'utilisatewice.

    Docteur Coing au chevet de la blouse de base

    Je réserve mon laïus de schtroumpf grognon en-vrai-j'aime-pas-les-blouses pour la prochaine fois.

    **********

      Au même rayon, j'ai aussi testé le livre Ma blouse sur-mesure d'Atelier Scämmit. Le livre comprend deux patrons de blouses de base, l'un avec pince poitrine et l'autre sans, que l'auteure se propose de nous faire choisir selon nos mensurations pour ensuite y ajouter les éléments de style de notre choix. Ne pas faire prendre plus de mesures que celles figurant sur le tableau est un choix volontaire de l'auteure afin de ne pas perdre le public dans des mesures plus difficiles à prendre avec exactitude, l'affinage du patron se faisant ensuite par essayage de la toile.

    Docteur Coing
    NB : la carrure se mesure ici à mi-hauteur de la distance côté encolure-ligne poitrine

      J'ai choisi le buste avec pince poitrine (profondeur 4 cm pour toutes les tailles) et joint les tailles 38,40 et 42 selon le placement de mes mensurations sur le tableau et pour les épaules/encolure j'ai choisi de manière probabiliste la taille 42. Les manches sont en 41. Il n'y a ni embu ni pince à l'épaule dos et la pente d'épaule est plus prononcée. L'entournure est plus basse d'environ 2 cm par rapport à Michaela et par conséquent la tête de manche est plus haute.

      Aisance mesurée sur le patron modifié :
    - Buste supérieur : 6 cm
    - Poitrine : 6.6 cm
    - Taille : 17.5 cm
    - Hanches : 9 cm

      Le patron comprend également deux fines pinces de taille devant et trois au dos. Là aussi j'ai raccourci les manches. L'essayage se fait en épinglant une des épaules qui est à moitié cousue.

    Docteur Coing au chevet de la blouse de base

      Évaluation du seyant :
    Le torse est suffisamment seyant bien que la blouse bascule un peu dans le dos en bougeant, et visuellement je préfère cette aisance réduite par rapport à Michaela. Je trouve l'épaule un peu trop longue et la poitrine tire un peu le tissu (moustache à l'aisselle faisant foi). Par contre les mouvement des bras sont très inconfortables à cause de l'entournure trop basse et de l'aisance minimale du torse. J'ai donc trouvé dommage que l'élévation du niveau de l'entournure ne soit pas proposée dans les quelques suggestions de correction de la toile, vu que j'ai l'impression que c'est le premier couac qui pend au nez des gens.

    Docteur Coing au chevet de la blouse de base

      Dans le prochain épisode, je tenterai peut-être de faire ma propre base de blouse (j'ai encore failli écrire bouse) ne serait-ce que pour déterminer l'aisance réellement nécessaire à ce type de vêtement par rapport au moulach', et après je retournerai faire une chemise, youpi !!


    22 commentaires
  •   Bien le bonjour chers lectrices et chers lecteurs, et pardon de n'avoir pas toujours répondu à vos commentaires dernièrement. L'année n'a pas été rose par ici (en résumé et on ferme la parenthèse : je me suis fait jeter de chez moi, Monsieur s'est suicidé, je vis actuellement à moitié dans un nouvel appartement et à moitié dans l'antre d'Harold Smith, les formalités successorales suivent leur train de gastéropode), et je n'ai pas pu toucher à ma machine à coudre de tout le premier semestre. L'envie et la disponibilité sont revenues en juillet, si bien qu'après m'être remise en selle avec une robe et une jupe, j'ai rouvert la traditionnelle chasse automnale aux pantalons avec les dossiers en cours (celui de Dressed et Tatjana), puis, pleine de foi et d'audace, j'ai redéplié la planche du Persephone d'Anna Allen pour voir si on ne pouvait pas tenter quelque chose de plus seyant que la version faite il y a 2 ans

      Après une toile, j'ai cousu la version que voici dans une cotonnade qu'Althea m'avait donné la veille. Un bon schéma valant plus qu'une liste obscure des transformations entreprises, voici en un coup d'œil ce qui a été modifié :



    Persephone revenue des Enfers

      Déjà, j'ai compris qu'il allait falloir y aller sur l'augmentation de largeur de cuisse/enfourchure, puis persister dans le creusement de l'assise. La verticale côté ayant tendance à partir vers le devant en bas de jambe, j'ai également corrigé la pente milieu dos et la fourche devant pour ne pas me retrouver avec une moustache. Pour info la taille 10/12 correspond à un 74/105, Mes mensurations actuelles sont 74/104.

    Persephone revenue des Enfers - suivie de Wide Wide Pants

    Persephone revenue des Enfers - suivie de Wide Wide Pants

      L'enfourchure du modèle est sensée coller au corps. C'était le cas lorsque j'ai fini ce pantalon, mais cette cotonnade s'est un peu détendue (en témoignent les poches au genou qui se forment en station assise), ce qui donne facilement l'impression sur les photo que l'enfourchure est trop longue. Je ne sais plus qui a récupéré la version à rayure bleue, mais ça peut lui être utile de savoir que des bouloches se forment rapidement aux endroits de frottement.

    Persephone revenue des Enfers - suivie de Wide Wide Pants

      Sinon cette version est confortable et je l'ai bien portée cet été, c'est juste qu'il faut la repasser régulièrement pour qu'elle reste présentable. Si je le refais dans le tissu recommandé, j'ajouterai probablement 1 cm de sécurité en largeur de cuisse quitte à le retirer à l'usage.

    Persephone revenue des Enfers - suivie de Wide Wide Pants

    Persephone revenue des Enfers - suivie de Wide Wide Pants
      Juste après confection la ceinture droite baillait affreusement dans le dos, aspect qui s'est amélioré après un peu de port, ce qui valait mieux vu que je n'avais pas l'intention d'y ajouter des passants de ceinture.

    Persephone revenue des Enfers - suivie de Wide Wide Pants
      Bon, de dos, c'est pas le truc le plus enthousiasmant que j'aie jamais vu, toujours cette impression d'avoir le délicieux cocktail ⟨culotte de cheval + monofesse⟩ qui nécessiterait un ajustement un peu plus énergique que celui ici présenté. J'objective cette année une curieuse tendance que j'ai également constatée sur mon Tatjana à venir : la rotation de la ceinture. Regardez la fourche dos, elle est déviée sur la gauche. Quelle peut bien être l'origine de ce phénomène : la hanche droite plus rebondie ? La latéralisation de la braguette ? Suffirait-il d'augmenter la profondeur des pinces de droite pour y remédier ? (tout ça date un peu, je crois que j'avais uniquement augmenté la hauteur du côté droit)

    **********

      Ayant également vu le Wide Leg Pants de In The Folds repasser sur le devant de la scène à cause de sa gratuité sur le site du magazine Peppermint, j'en ai profité pour le tester dans un coupon de jean fin originellement destiné à une chemise. Je vous le recommande, dans la mesure ou ça a été l'occasion de tester une enfourchure très profonde (=large) dont le confort est indéniable.

      Après une toile au genou, les modifications suivantes ont été apportées à la taille D/E (76/104):

    Persephone revenue des Enfers - suivie de Wide Wide Pants

      Creusement habituel de la fesse et atténuation de l'arrondi du haut des côtés car les versions vues présentent beaucoup de plis de tiraillement à cet endroit, déjà que le pantalon repose sur le haut des hanches, pas la peine d'y rajouter une tension inutile.

    Persephone revenue des Enfers - suivie de Wide Wide Pants

    Retour du traditionnel tryptique de présentation

      L'aplomb n'est toujours pas optimal (persistance de la diagonale côté hanche - milieu genou, le bas de la jambe bute sur l'intérieur de la cheville) mais largement satisfaisant. Comme j'avais davantage l'idée d'une jupe-culotte et que je le trouve trop ample pour un pantalon long, je lui ôterai probablement une trentaine de centimètres au printemps prochain.

    Persephone revenue des Enfers - suivie de Wide Wide Pants

      Voilà, c'est tout pour aujourd'hui, nooormalement je vous retrouve le mois prochain avec un Tatjana et un pantacourt Dressed.


    31 commentaires
  •   Peut-être vous serez-vous posés la question face à la métamorphose de ce blog en palais des courants d'air. Mais figurez-vous que depuis le confinement tout le monde et sa sœur a adopté un chien (en 2022 vous avez le droit de vous les refiler entre vous, le marché de l'emploi des vétos est tendu comme un string), des femmes ont conçu des enfants, et moi j'ai été placée dans l'impossibilité de conduire mon projet professionnel comme je l'entendais (= prendre sa retraite pendant sa vie active). Ajoutons à cela la redirection des vigueurs rédactionnelles vers T&N (si vous avez des suggestions de sujets sur lesquels vous aimeriez que j'écrive les vœux sont ouverts), le recueil d'un piano à pedigree venu prendre la place du hautbois (j'ai bien essayé la guitare pendant le confinement mais pas moyen, je déteste ça), et voilà un blog qui fonctionne en service minimum. Je culpabilise bien un peu de ne pas assez interagir sur la blogaux et d'y encourager les gens mais voilà je me sens moins concernée en ce moment.

      En 2021, je me suis donc consacrée à quelques obsessions pleinement assumées et inlassablement exercées triées sur le volet :
    - le patron de buste de base et l'étude de la morphologie, sur le mode du compagnonnage chez des needlenautes, ce qui m'a fait du bien par ces temps de réclusion covideux. J'ai donc bien sorti des patrons cette année, mais en édition très limitée !
    - la chemise
    - le pantalon avec des études de Dressed le pantalon et de Tatjana (la version finale devrait voir le jour en 2022 car la toile était prometteuse) ainsi que de pantalons droits sur base propre qui m'ont quasiment convaincu de ma profonde et incurable stupidité.

    Décernons le top 3 :

    La jupe Brume : seyante, pas chiante, modulable, banco. Et le tissu ne vieillit pas mal pour le moment.

    2021 es-tu là ?

    La chemise en Mammoth flannell : améliorable mais la plus chaude de sa catégorie donc portée.

    2021 es-tu là ?

    - la chemisette en imprimé toile de Jouy froncée : l'état de grâce de l'année, avec accession immédiate au titre d'habit qu'on a envie d'emporter en vacances.

    2021 es-tu là ?

    Des tests de patrons plus ou moins concluants :

    chemisette asymétrique Mimi G : un peu portée, comme elle va bien avec le short des glaciers elle devrait rester sur le terrain.

    2021 es-tu là ?

    - robe Shelby : modifications validées mais version impropre à la consommation pour cause de polyester et mollassonnerie ; la couleur ça va encore.

    2021 es-tu là ?

    - arrangement du chemisier Fashion style en blouse paysanne courte : j'ai essayé de la porter mais c'est comme la guitare, y a pas moyen même avec un short taille haute, sur moi ça bascule de ouf dans le dos. Je la donne à qui n'en veux.

    2021 es-tu là ?

    J'ai dessiné quelques trucs :

    - une robe tablier tartignolle parce que j'avais renoncé à mon intuition de départ pour ce tissu d'ameublement velouté ; comme je n'aimais pas le tomber flasque de la jupe sur les côtés, j'ai ajouté depuis les deux empiècement obliques sur les côtés prévus à l'origine sur le dessin, et ai teint la robe qui s'est retrouvée couleur crotte rougeâtre de chien sous canigou au lieu du café au lait promis...

    2021 es-tu là ?

    Trois mois passés sur la chauffeuse-purgatoire ont laissé quelques plis...

    - un boléro bi-face composé de chutes pour montrer l'exemple au concours 2021 de T&N, dont le biais jaune des entournures a été viré aujourd'hui même pour le remplacer par du marron, enfin des marrons... Pas sûre qu'il se trouvera plus souvent porté pour autant.

    2021 es-tu là ?

    2021 es-tu là ?

    Et toilé d'autres sans les avoir transformés faute de temps et tissu adéquat :

    - cette petite robe burda ambiance bal musette dont j'ai toilé le haut :

    2021 es-tu là ?

    Rpbe 124 d'avril 2014

    - une robe patronnée d'après fripe pour jouer dans un remake des Moissons du ciel :

    2021 es-tu là ?
    ça c'est la VO trop petite

    - un débardeur flottant à empiècement poitrine (la toile est moche donc on va pas traumatiser internet)

    Et amélioré la portabilité d'autres trucs :

    - dont la Passiblouse qui s'avérait trop étriquée aux emmanchures, en ajoutant une bande pour gagner 2 cm de large du col au milieu dos, et c'était une bonne décision, et c'est même pas trop moche. Et j'ai enfin transformé certains masques en remplaçant les lanières par des anneaux de jersey assorti pour les oreilles.

    2021 es-tu là ?

    Et terminé l'année par le tricot d'un châle marron en somptueux baby alpaga :

    2021 es-tu là ?

    De la couture altruiste ?

      Aucun habit, mais la parure de lit en lin lavé couleur mangue compte partiellement dans cette catégorie (la meilleure qualité trouvée pour ça était le como stone wash chez Lin de france #2021pointJacquesSéguéla, mais il gratte encore légèrement et in fine je n'ai pas trouvé ça vaaachement plus respirant que les draps en coton), et des taies d'oreiller en lin lavé plus épais jaune boléro et vieux rose à la texture épaisse et savonneuse hyper agréable (trouvés chez cousette et frou frou), même si monsieur a alors dit d'un air mélancolique et délaissé : "quand est-ce que tu en fais en tissu d'étiquette ?" Après intervention des décodeurs, c'était ça le paradis perdu. Et des housses de coussins avec de la bourre en charpie de chutes moelleuses.

    Des achats de vêtements ?

      Pas que je me souvienne à part quelques collants opaques (suis-je la seule à avoir un taux de craquage indécent à l'entrejambe avec les Bleu forêt ? un vrai syndrome de Stockholm !), deux paires de chaussures et un chapeau d'hiver, depuis le temps que je passe devant la boutique rue saint Blaise.

    Question financements occultes, j'allais annoncer peau de balle, mais voilà qu'Un⋅e Généreux⋅se Inconnu⋅e vient de financer l'hébergement de ce blog pour l'année, merci à vous !

    Quels projets pour 2022 ?

      Mhhhhh... J'ai l'impression d'avoir tellement d'affaires en souffrance en ce moment qu'on ne va pas trop s'engager et plutôt mettre une claque au cul du poney pour voir dans quelle direction il galope. Les trois marottes sus-mentionnées seront probablement de la partie, ainsi que la transformation en robes définitives des robes toilées ce printemps. Pour le reste...

    ...eh bien reste à vous souhaiter, fidèle lectorat, de vous sentir en 2022 comme un pull troué dans un film de Philippe Garrel, à votre place, là où se trouve votre cœur !

     



    11 commentaires
  •   Aujourd'hui, j'ai presque cousu du République du chiffon. Je m'explique : j'aime bien le modèle Pétula sur les gens, sans toutefois avoir passé le cap de l'investissement. Aussi, quand ViviB a proposé de me prêter son Fibre Mou n°14, j'en ai profité pour repiquer le chemisier Aila afin de disposer d'une base à pétuliser par la modification de l'empiècement et l'ajout modéré de fronces sur toute la largeur des devant et dos, car si j'ai tendance à préférer Pétula à Aila, je souhaitais tout de même limiter l'ampleur globale du chemisier.

    Pétulante Aila

    Aila / Petula

      Avant ça il fallait que je jauge la concordance des épaules avec mon patron de base pour me prémunir de la partance en arrière du col (qui a une très jolie forme fermé au demeurant). On voit sur cette réalisation ce dont j'aimerais me prémunir : l'impression d'un manque de hauteur sur la zone médiale du tronc (cf. plis obliques du cou aux aisselles), et vu que c'est une adaptation que je dois couramment faire, je n'allais probablement pas y couper sur ce modèle. J'ai donc allongé le papier calque sur les pièces du modèle pour redessiner les pièces.

    Pétulante Aila

      Décodons ce schéma :
    * En noir, les 3 pièces originales du patron en taille S (TP 84/88) telles que je les ai disposées pour y redessiner les nouveaux contours souhaités.
    * En pointillés orange la ligne de taille de mon patron de base que j'avais superposé (perpendiculairement au DF du devant et de l'empiècement) pour m'aider à placer la hauteur de l'encolure et la pente d'épaule, et la ligne d'épaule finale.
    * En orange, le contour des nouvelles pièces :
    - empiècement épaules retracé pour former un V, plus prononcé au dos qu'au devant, se terminant par une bande de 5 cm replacée sur le dessus de l'épaule, raccourcie de 3 cm pour ajouter un bracelet de manche.
    - étirement du devant et du dos de 6 cm pour avoir au total 9 cm à résorber en fronces sur la couture d'empiècement, retracé de la courbe côté pour joindre l'ampleur basse initiale d'Aila.
    - bas allongé d'1 cm
    - demi-col allongé de 0.7 cm

    - bracelet de manche de 4 x 45 cm.

    Pétulante Aila

    Pétulante Aila

    Hum, on voit le pied col.

      J'ai utilisé un morceau de twill Stragier dans lequel j'avais commencé à taper pour faire une housse de table à repasser et ai adapté la longueur du chemisier à son petit métrage. Et comme c'était le seul bout de tissu compatible en stock, j'ai été récupérer des restes du short extra large pour le pied de col externe, le col interne et les bracelets, ce qui fut un peu casse-gueule vu qu'il est à la fois raide et extensible. Un segment de chaque bande de boutonnage, le pied de col et le col externes on été entoilés à la G710 (le type de doublure thermocollante à employer n'est pas indiqué).

    Pétulante Aila

      Les explications sont uniquement illustrées, ce qui ne me déplait pas spécialement. Sachant déjà comment je voulais monter la chemisette, je n'y ai jeté un qu'un coup d'œil de temps en temps.

    Pétulante Aila

      Alors que j'étais un peu mitigée de constater la tournure donnée par les bracelets très raides, voilà que je suis ravie de l'aspect que prend ce petit chemisier avec les bracelets retournés sur l'intérieur : ses manches rebiquent maintenant comme par magie !

    Pétulante Aila

    Paix sur les hortensias

      BIlan : Le chemisier part encore un peu en arrière quand il n'est pas rentré dans le short et que son col est ouvert, mais rien d'inconfortable ou de moche visuellement ; j'aime beaucoup sa coupe aux fronces justement dosées et il a été régulièrement porté depuis deux mois. Si c'était à refaire je redresserais un peu le col à la verticale car celui-ci épouse la base du cou, ce qui contribue à son coté mignon fermé mais un peu raplapla ouvert.


    11 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires